Orgasme de Chuck Palahniuk

Orgasme-Chuck Palahniuk

Orgasme-Chuck Palahniuk


Des scènes presque chirurgicales, des légendes, du fantasme et du fantastique, c’est l’alchimie d’Orgasme qui séduit par bien des aspects. Jouissif  !

 

Orgasme de Chuck Palahniuk : L’intrigue

Orgasme de Chuck Palahniuk serait-il un conte de fée à la Pretty women ? Pas vraiment ! Penny Harrigan échoue pour la énième fois au concours d’avocat, elle travaille dans un cabinet réputé de New York ni stagiaire, ni avocate, elle apporte café et chaises supplémentaires lors de réunions. C’est lors de l’une d’elles qu’elle rencontre Maxwell, milliardaire et homme le plus riche du monde. Immédiatement adulée par les médias et les grands couturiers elle commence une relation avec Maxwell, surnommé Orgasmus. Ses diverses expériences sur le corps de Penny et plus précisément sur son orifice sexuel emmènent le cobaye à l’extase, l’orgasme suprême qui pourrait aller jusqu’à la mort. Après 136 jours, le milliardaire rompt la relation et dépose sur un compte en banque 50 millions de dollars à la condition que Penny ne rentre jamais plus en contact avec lui… La gamme « beautiful you“ peut enfin voir le jour et dès leur sortie, une foule de femmes prend d’assaut les magasins de la chaîne. En quelques semaines, les femmes délaissent leurs hommes, moins prompts à donner la jouissance que les innombrables sex toys du milliardaire. Penny regarde la société décliner, les femmes décharnées obsédées par l’orgasme absolu, les hommes errants et bientôt le déchaînement de violence envers les firmes de Maxwell puisque les femmes ne deviennent pas seulement accros à « Beautiful you“ mais à toute la gamme de produits vendus par l’homme le plus riche de la planète. Comment une telle prouesse est-elle possible ? C’est ce que s’acharnera à découvrir Penny jusqu’à entamer un périple dans l’Himalaya pour rencontrer Baba Barbe grise, femme dévolue au plaisir, ex-maître de Maxwell.

Ce que nous pensons d’Orgasme de Chuck Palahniuk

Ni un roman érotique, ni un polar, ce genre est classé par la maison d’édition de rose noir. Et c’est en effet bien vu. Outre que les scènes de sexe tiennent plus de l’anatomie que du fantasme, on entre dans le roman débridé de Chuck Palahniuk assez aisément, même si les premières quarante pages nous semblent longue tant les descriptions des expériences de Maxwell sont poussées et décrites avec précision. Pourtant,en dehors du roman rose noir, c’est une critique de la consommation, des nano technologies et même de la relation homme/femme dans une société sans repères ou l’argent règne. L’écriture est leste et imagée et l’on parcourt le roman entre réel et fiction, légendes et réalisme. Des scènes presque chirurgicales, des légendes, du fantasme et du fantastique, c’est l’alchimie d’Orgasme de Chuck Palahniuk qui séduit par bien des aspects. Jouissif  !

L’auteur

Descendant de parents d’origines russe et française, Chuck Palahniuk suit des études de journalisme, mais travaille pourtant pendant plus de dix ans comme mécanicien. Parallèlement à cette activité, il est volontaire dans les hospices pour jeunes malades du sida ou du cancer ; c’est dans ces lieux qu’il prend conscience que la mort peut arriver à tout moment, et il se met à écrire alors qu’il a déjà plus de trente ans pour laisser une trace. Son premier texte ‘Invisible Monsters’ est rejeté par les éditeurs qui le voient comme trop violent. Chuck Palahniuk est amer face à ce refus et décide alors d’écrire encore plus trash, plus violent. C’est en 1996 que sort son second roman ‘Fight club’, écrit en trois mois seulement. Il rencontre le succès auprès de la critique, mais le public n’est pas encore au rendez-vous : ce roman n’est vendu qu’à 5.000 exemplaires. Les romans suivants viennent confirmer la singularité de son écriture : que ce soit ‘Survivor’, ‘Invisible Monsters’ (qui finalement devient son troisième roman) ou ‘Lullaby’, on retrouve dans chacun d’eux son univers, sa vision, sa violence. Lancé dans l’écriture romanesque, il fait aussi ses premiers pas dans le journalisme ; il collabore toujours à ‘Gear’, ‘Bikini’, ‘Blackbook’ ou ‘The Stranger’. En 2008, fidèle à lui même, il écrit ‘Peste’, biographie de Buster Casey, le plus grand tueur en série de tous les temps. Il vit aujourd’hui avec sa famille dans un ranch près de Portland et appartient à une organisation gentiment émeutière, la Cacophony Society.
(Source Evene)

4e de couverture

Quand l’auteur de Fight Club s’attaque au plaisir féminin.

Penny Harrington, aspirante avocate, travaille dans un prestigieux cabinet new-yorkais. C’est là qu’elle rencontre par hasard le magnat des médias, Linus Maxwell, venu régler les détails de son divorce avec la star française Alouette d’Ambrosia. Le soir même, Linus invite Penny à dîner.
Comment s’habiller lorsqu’on sort avec l’homme le plus riche du monde ? Comment se comporter quand son hôte compte parmi ses conquêtes les femmes les plus célèbres de la planète ? Et pourquoi un homme comme lui invite-t-il à dîner une fille aussi désespérément normale ? Malgré toutes ces questions, Penny passe une soirée de rêve, et c’est le début d’un véritable conte de fées.
Notre Cendrillon des temps modernes tombe en effet sous le charme de son chevalier servant. Amoureux platonique, celui-ci l’enchante. Aussi, quand elle croise Alouette à Paris et que celle-ci lui conseille de ne surtout jamais faire l’amour avec Maxwell, Penny ne comprend d’abord pas très bien. Mais, très vite, tout s’éclaire. Maxwell voue en effet une véritable obsession au plaisir féminin, une obsession aux conséquences multiples et très étonnantes.

Partez à la quête du plaisir avec l’enfant terrible des lettres américaines et Cinquante nuances de Greyva immédiatement vous apparaître comme un hors-d’œuvre sans saveur. Avec cette nouvelle satire radicale de notre société, Chuck Palahniuk empoigne une fois de plus le lecteur dès les premières phrases pour le laisser ébloui et sonné à la fin de ce roman, sans aucun doute l’un de ses plus réussis.

Waldeck

Orgasme / traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Clément Baude
Chuck Palahniuk
Sonatine – mars 2016
272 pages
7,30 euros – Poche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *