Marlène de Philippe Djian

Marlène Philippe Djian

Marlène

Marlène de Philippe Djian, roman réussi et qui laissera des questionnements sur la réalité d’une société à la dérive, tout comme ses personnages.

l’intrigue

Marlène c’est le titre du dernier roman de Philippe Djian paru chez Gallimard en février 2017. Dan et Richard, deux vétérans de l’Afghanistan de retour au pays peinent à retrouver leur vie d’avant, tous deux traumatisés par l’expérience de la guerre. Dan fait tout pour rentrer dans le rang et s’astreint à une discipline de fer dans sa vie quotidienne, jusqu’à rendre service à ses voisins sans contrepartie afin de retrouver du lien social et ainsi s’ancrer dans une société qu’il comprend à peine. Richard ne cherche pas à revenir, infidèle, bagarreur, roublard, il erre dans son traumatisme et va de combine en combine cachant à Nath, sa femme, ses déboires quotidiens. Cependant, les trois personnages forment une famille aux rapports ambigus. C’est alors que débarque Marlène, la sœur de Nath, détesté par cette dernière sans que le lecteur n’en comprenne vraiment la raison. Vient alors la dégringolade pour le couple Richard/Nath tandis que Dan se résout à tenter l’aventure de sa vie avec Marlène. Une aventure qui pourrait le remettre sur les rails. C’est pourtant les secrets cachés et les non-dits qui finiront par détruire toute forme de retour à une normalité convenue.

Ce que nous pensons de Marlène de Philippe Djian.

Marlène est partie de là disant Philippe Djian rapportant une phrase d’un vétéran  » Il y a un mois, j’avais des engins hi-Tech entre les mains qui valaient des millions de dollars et aujourd’hui on ne veut même pas me confier un manche à balai pour me réinsérer… ». Au-delà des difficultés de la réinsertion des anciens d’Afghanistan ou d’Irak, thème mainte fois abordé par la littérature ou le cinéma, Philippe Djian dresse un portrait de personnages sans aucune forme de condescendance. Les dérives de ces vies brisées sont décrites au fil des lignes avec la noirceur d’une plume trempée dans l’acide. Si les vétérans sont perturbés par un vécu dont nous n’avons aucune description, les deux sœurs ne sont pas en reste. C’est le sujet de la normalité qui est le point central de ce roman. Une dualité entre l’impossible retour dans une vie normale et les plaies ouvertes qui ne se referment jamais vraiment. Nous ne sommes pas ici dans le rejet d’une société pour qui des hommes sont allés combattre contre une cause qu’ils ne comprennent pas totalement, mais dans un jeu psychologique et d’autodéfense. L’écriture est limpide, la noirceur est omniprésente et va crescendo jusqu’à la tragédie finale. Marlène de Philippe Djian, roman réussi et qui laissera des questionnements sur la réalité d’une société à la dérive, tout comme ses personnages.

Dans les médias

«Philippe Djian cisèle au fil des ans et des romans des personnages féminins toujours plus subtils, toujours plus puissants. Il continue ici de nous surprendre, nous bousculer, nous éblouir avec ses audaces stylistiques toujours plus décoiffantes et parfaitement maîtrisées.»
Nathalie Crom, Télérama

«On ne vous racontera pas ce livre terrible, un des plus noirs que Philippe Djian ait jamais écrit. Un livre qu’il faut lire jusqu’au bout, phrase à phrase, pour prendre la mesure du complexe équilibre que l’auteur, aguerri, a réussi à mettre en place.»
Sylvie Tanette, Les Inrockuptibles

Marlène
Philippe Djian
Gallimard – février 2017
19,50 euros

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *